Nucléaire iranien : retour sur 13 ans de crise

Alors qu’un accord historique entre l’Iran et le groupe P5+1 (États-Unis, Allemagne, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) a été trouvé, et qui doit être à présent validé par l’ONU, France 24 revient sur les 13 années de crise. Une situation qui a été très difficile pour les Iraniens à cause du long embargo.

La levée des sanctions économiques devrait se faire progressivement.

Téhéran et les grandes puissances ont mis un terme à un très long feuilleton politico-diplomatique, en signant un accord historique sur le programme nucléaire iranien. Retour sur des 13 années de crise et de négociations.

  • 2002-2005 : L’Occident découvre le programme nucléaire iranien
  • 2002 : Le monde entier découvre, le 14 août, que l’Iran possède deux sites nucléaires à Natanz et à Arak à la suite des révélations du dissident iranien Alireza Jafarzadeh. L’administration Bush accuse alors Téhéran de mettre au point « des armes de destruction massive ».
  • 2003 : En août, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France (UE3) proposent à l’Iran des négociations sur le nucléaire. Au terme d’une visite inédite des chefs des trois diplomaties européennes, un accord est conclu en octobre. Téhéran signe le Traité de non-prolifération (TNP) qui permet notamment des inspections inopinées de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
  • 2004 : Directeur de l’AIEA, Mohamed el-Baradeï estime, en juin, que la coopération iranienne avec ses agents sur place a été « moins que satisfaisante » et jette un doute sur les conclusions précédentes de ses agents. Ceux-ci avaient affirmé ne pas détenir de preuves de l’existence d’un programme de développement d’une bombe atomique par l’Iran.

[Lire la suite sur France 24]

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.