Pour les bouddhistes tibétains, les enterrements dans le ciel sont sacrés. Pour les touristes, ils sont une curiosité morbide

Les relations entre le Tibet et la Chine sont tendues depuis des siècles. Cependant, l’invasion du Tibet par la Chine en 1950 et la répression du soulèvement tibétain de 1959, qui a conduit le Dalaï-Lama à fuir en Inde, ont marqué un tournant définitif. Depuis lors, la migration des Chinois Han — la majorité ethnique de la Chine — et l’afflux du tourisme mondial dans la région ont entraîné d’importants empiétements et remises en cause de la culture bouddhiste tibétaine traditionnelle.

… Lire la suite

Le Portugal a volé les terres et les récits de Goa. Ne pourra-t-il jamais les restituer ?

Aujourd’hui État situé sur la côte sud-ouest de l’Inde, Goa a été, de 1505 à 1961, une colonie portugaise, et n’a été officiellement rattachée à l’Inde par le Portugal qu’en 1974. Dans sa méditation dense et lyrique sur la terre de ses ancêtres, l’artiste et chercheur indo-américain Suneil Sanzgiri combine des reconstructions en 3D, des documents d’archives et des séquences documentaires plus traditionnelles pour explorer les questions complexes de l’exploitation, de l’identité et de la libération à la suite de siècles de colonisation qui marquent encore le paysage de Goa. Troisième d’une « série d’œuvres sur la mémoire, la diaspora et la décolonisation », Golden Jubilee (2021) est une œuvre cinématographique expérimentale provocante et souvent obsédante, qui bouleverse les récits eurocentriques tout en rejetant les tropes familiers et les réponses faciles à chaque instant.

Réalisateur : Suneil Sanzgiri

Ville de Goa de l’Atlas de Braun et Hogenberg, 1600 (domaine public).
«  Plan de Goa » (1750), Goa. PREVOST D’EXILES, Antoine François. « Histoire générale des Voyages, ou Nouvelle Collection de toutes les Relations de Voyages par Mer et par Terre, qui ont été publiées […] Avec les mœurs et les usages des habitans, leur Religion, leur Gouvernement, leurs Arts et leurs Sciences, leur Commerce et leurs Manufactures; pour former un système complet d’histoire et de géographie moderne […]« . Paris: Didot, 1746-1789. (Domaine public)

Comment l’épidémie de caméras-espionnes en Corée du Sud affecte-t-elle les femmes qui en sont victimes

Au cours des deux dernières décennies, des caméras vidéo de plus en plus petites, une explosion de la pornographie sur Internet téléchargée par les utilisateurs et en grande partie non modérée, ainsi que des failles dans l’application de la loi, ont donné lieu à une épidémie de pornographie par caméra-espionne en Corée du Sud. Pour de nombreuses femmes, la moindre ouverture dans les stores d’une fenêtre ou le moindre interstice dans le mur d’une salle de bains peut causer un traumatisme et bouleverser leur vie. Le court métrage documentaire Open Shutters du réalisateur sud-coréen Youjin Do raconte la puissante histoire de la journaliste Jieun Choi qui, alors qu’elle faisait un reportage sur l’omniprésence inquiétante de la pornographie par caméra-espionne dans le pays, a découvert qu’elle était elle aussi une victime. Le film place l’histoire de Choi dans le contexte d’un vaste mouvement visant à obtenir justice pour ces crimes, dont les auteurs masculins sont rarement tenus de rendre des comptes. Ce faisant, le film soulève des questions plus larges sur l’égalité des sexes, la vie privée et l’application de la loi à l’ère numérique.

Article paru en anglais.

Réalisateur : Youjin Do
Site web : Field of Vision

Secrets de beauté au Japon

D. R.
Affiche de l’exposition. Noter que les dates ont été changées à cause de la pandémie. (D. R.)

La Maison de la culture du Japon présente la seconde partie de son exposition inédite, dédiée au maquillage et aux coiffures de l’époque Edo (1603-1868). Elle présente au total 150 estampes, réparties en deux volets, et 60 objets dédiés aux rituels de beauté des femmes. Après un premier volet fin 2020, écourté dû à la crise sanitaire, nous retrouvons le second, exposant de nouvelles estampes.

… Lire la suite

Le Studio Ghibli met en ligne 400 images de huit films classiques à télécharger gratuitement

La colline aux coquelicots (コクリコ坂から, Kokuriko zaka kara, 2011) de Gorō Miyazaki.

Le Studio Ghibli du Japon protège depuis longtemps sa propriété intellectuelle. Hayao Miyazaki et son équipe supervisent la commercialisation de leurs personnages et veillent à ce que la distribution étrangère de leurs films reste fidèle à l’original. (Miyazaki a envoyé à Harvey Weinstein, de Miramax, une épée katana et une note intitulée « No Cuts », car le magnat et le méchant était connu pour avoir coupé des films asiatiques pour le public occidental).

Ponyo sur la falaise (崖の上のポニョ, Gake no ue no Ponyo, 2008) de Hayao Miyazaki.

Ce n’est pas que vous ne pouvez pas vous procurer des tonnes de marchandises Ghibli — il y a une bière Totoro si vous êtes intéressé — c’est que le Studio Ghibli aime avoir le contrôle. Ce qui fait de cette énorme mise à disposition d’images haute résolution du studio un cadeau surprenant. Au début de l’année, ils ont publié une série de fonds d’écran pour pimenter vos réunions Zoom. Et maintenant, ils viennent de sortir 400 images de huit de leurs films, et beaucoup d’autres sont à venir.

Vous pouvez faire ce que vous voulez avec ces JPG 1920 x 1080, avec une mise en garde du producteur Toshi Suzuki : « Veuillez les utiliser librement dans le cadre du bon sens ».

Cependant, le studio ne sort pas tous ses classiques en une seule fois. Parmi les célèbres Spirited Away et Ponyo, il y a des œuvres d’art provenant de films qui ont à peine été projetés aux États-Unis : Tales from Earthsea (2006), From Up on Poppy Hill (2011) et When Marnie Was There (2014).

Le conte de la princesse Kaguya (かぐや姫の物語, Kaguya-Hime no Monogatari, 2013) d’Isao Takahata.

Regardez, ils ne peuvent pas tous être des Totoro, et le Studio Ghibli a livré beaucoup de drames romantiques doux avec ses films plus fantastiques. Si vous êtes curieux, Netflix et HBOMax diffusent à peu près tout le catalogue.

Ce qui est une surprise, car Miyazaki a depuis longtemps interdit la diffusion en continu des films de Ghibli. Comme Suzuki l’a déclaré aux journalistes dans une annonce de mars :

« Tout d’abord, Hayao Miyazaki ne sait pas exactement ce que sont les services de streaming vidéo comme Netflix. Il n’utilise pas d’ordinateurs personnels, il n’utilise pas de téléphones. Donc quand vous lui parlez de distribution numérique, il ne comprend pas ».

Il a ajouté :

« Hayao Miyazaki est en train de faire un film, mais cela prend beaucoup de temps. Quand cela arrive, il est normal que cela demande aussi beaucoup d’argent. Je lui ai dit que cela peut couvrir les coûts de production de ce film. Quand je lui ai dit cela, il m’a répondu : « Eh bien, je ne peux rien faire alors ».

Souvenirs de Marnie (思い出のマーニー, Omoide no Marnie, 2014) de Hiromasa Yonebayashi.

Tant que nous apprécions les films « dans la limite du bon sens », j’espère que Miyazaki n’aura pas à s’inquiéter. Entrez dans les archives d’images ici.

Article original en anglais sur Open Culture.

Les 20 ans de Terres d’Asie

Du papier au numérique, deux décennies d’évolution de l’un des plus anciens sites Internet consacrés à l’Asie.

Nous sommes en 1994, bien loin de la société numérique que nous connaissons aujourd’hui. À cette époque, c’est le règne de la presse écrite et de la télévision. C’est dans ce contexte que naît Terres d’Asie, une petite publication de deux pages au format A4 !

On y trouve une sélection de courts articles de l’actualité et d’une rubrique culturelle consacrée aux livres, CD, concerts, expositions…

Terres d'Asie numéro 1 (juillet 1994).
Le premier numéro de Terres d’Asie, en juillet 1994.

Distribuée gratuitement, Terres d’Asie va paraître irrégulièrement jusqu’à octobre 1997 qui verra la fin de l’aventure. En tout, ce sont quinze numéros qui vont être publiés (consultables en fin d’article).

Terres d'Asie numéro 15 (octobre 1997).
Le dernier numéro, en octobre 1997.

Cette publication préfigure la version numérique qui arrivera trois ans plus tard.

20 ans de présence

Cette année, Terres d’Asie en ligne fête ses vingt d’existence ininterrompue. Le site a été lancé en août 2000 et se définissait comme « site portail et d’informations sur l’Asie ». Au fil du temps, le graphisme a évolué, de même que le contenu qui s’est plus tourné vers la culture, avec des articles plus approfondis.

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2000.
La première page d’accueil de Terres d’Asie. Lorsque la souris passait sur le lotus, celui-ci s’ouvrait !

Terres d’Asie a également vu grandir son succès. Il est, à ce jour, l’un des plus anciens sites francophones dédiés à l’Asie.

Nous vous proposons un voyage dans le temps pour découvrir son évolution, au travers de ses pages d’accueil.

La page d’accueil

2003

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2003.

2006

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2006.

2009

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2009.
Plus de page d’accueil, mais accès direct au site.

2013

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2013.

2017

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2017.

2020

Pages d'accueil de Terres d'Asie en 2020.

Terres d’Asie

Les quinze numéros de Terres d’Asie, au format PDF, sont consultables ci-dessous :

Un livre tibétain au détail époustouflant imprimé 40 ans avant la Bible de Gutenberg

La Bible de Gutenberg a été mise sous presse en 1454. Nous la considérons aujourd’hui comme le premier média de masse, imprimée comme elle l’était avec la technologie de pointe de l’époque, à savoir les caractères mobiles en métal. Mais dans l’histoire des réalisations esthétiques en matière d’impression de livres, la Bible de Gutenberg n’était pas sans précédent. Pour trouver des exemples vraiment impressionnants, il faut chercher dans des pays lointains de l’Europe : prenez, par exemple, ce « livre sino-tibétain plié en accordéon, imprimé à Pékin en 1410, contenant des dhāranīs (NDLR : formule de puissance magique semblable au mantra) en sanskrit et des illustrations de mantra-diagrammes et de divinités protectrices, imprimées à la planche à bois à l’encre rouge vif sur du papier blanc épais », dont « l’impression aux détails incroyables » est antérieure de 40 ans à Gutenberg.

… Lire la suite