Tigran Hamasyan explore les chants sacrés d’Arménie

Tigran Hamasyan est un jeune pianiste de jazz arménien qui rencontre un grand succès depuis quelques années. Il a déjà reçu de nombreux prix internationaux et sa discographie est déjà impressionnante.

Dans sa dernière création, il nous emmène à la découverte de la musique sacrée arménienne couvrant une période de 1 500 ans.

Pour son dernier album « Luys i Luso », le pianiste arménien Tigran Hamasyan s’est immergé dans la musique religieuse de son pays, parcourant des œuvres datant du Ve au XXe siècle. Il a réalisé un travail d’écriture et de réarrangement pour chœur et piano ponctué de phases d’improvisation. Un disque vibrant et envoûtant qu’il présente en France avec le Chœur national de chambre d’Erevan. Rencontre.

Tigran Hamasyan

Première collaboration avec le label de jazz ECM, « Luys i Luso » – « Lumière dans la lumière », en arménien classique – a été réalisé avec des chanteurs du Chœur de chambre d’Erevan dirigé par Harutyun Topikyan. Tigran Hamasyan a réarrangé quatorze pièces religieuses : hymnes, cantos ainsi que « sharakans », « une forme de blues que l’on trouve dans la musique sacrée arménienne », selon les termes du pianiste. Les œuvres les plus anciennes remontent au moine Mesrop Machtots (362-440), le fondateur de l’alphabet arménien, et les plus récentes à Komitas (1869-1935), prêtre, ethnomusicologue, compositeur et arrangeur.

Les musiques de « Luys i Luso », dont la sortie a été précédée par une tournée internationale, prennent une résonance particulière en cette année du centenaire du génocide arménien. Actuellement en France, Tigran Hamasyan et les chanteurs qui l’accompagnent se produisent dans plusieurs villes.

  • Tigran : Piano
  • Harutyun Topikyan : Chef de Choeur Yerevan State Chamber
  • Choeur : 24 Chanteurs

[Lire la suite sur francetvinfo]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.