Zari, marionnette féministe, à la conquête de l’Afghanistan

Zari

Elle a la peau violette, le bout du nez orange et les cheveux multicolores recouverts d’un voile. Pas étonnant, quand on sait que son prénom Zari (ou Zaria), signifie « chatoyante » en pachto et dari, les deux langues officielles d’Afghanistan. Elle avait déjà six ans quand elle est née, et le volleyball ou le cricket ne recelaient aucun secret pour elle.

https://youtu.be/lke8VWT1dpU

Elle est polie et espiègle, et elle est afghane. La dernière née des marionnettes de la série américaine (et internationale) Sesame Street s’est donnée pour mission d’amener les petites Afghanes à fréquenter assidûment les bancs de l’école et à se projeter dans une carrière professionnelle.

Un défi difficile dans un pays qui reste, au-delà des villes, organisé selon des traditions qui maintiennent les femmes à la maison avec pour seul horizon le mariage et la procréation. Pour donner le plus de chances possible à Zari, ses concepteurs ont travaillé avec le ministère de l’Éducation à Kaboul afin que la poupée animée ne heurte pas les sensibilités.

Zari lancée comme une star

Rula Ghani, la Première dame d'Afghanistan

Rula Ghani et Zari.

Zari a eu des débuts de rock star, marrainée par la comédienne oscarisée Meryl Streep ou la « first Lady » afghane, Mme Rula Ghani. On la voit ici avec la journaliste vedette américaine et féministe Tina Brown, ou avec la top modèle et écrivaine Alek Wek au « sommet des femmes » de New York, le 7 avril 2016, juste avant de prendre ses fonctions… Échange savoureux entre la mannequin et la petite fille tout étonnée que l’Américaine connaisse la réponse à son « Assalamu alaykoum » – « Wa alaykum assalam »…

[Lire la suite sur tv5monde]

Voi aussi « Sesame Street’s newest star meets the first lady of Afghanistan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.