12 cartes couvrant 12 000 ans d’histoire

Chronologie

Premiers échanges (10 000 avant J.-C.)

Carte 1 : La longue ombre de la géographie (10 000 avant J.-C.)

La géographie physique a défié et façonné les connexions au sein et à travers l’Eurasie depuis l’émergence de ses premières civilisations vers 60 000 ans avant Jésus-Christ. De hautes chaînes de montagnes enneigées, de vastes déserts et d’autres obstacles ont influencé les déplacements et les modes de peuplement. Les vastes steppes herbeuses et la domestication du cheval ont facilité la création de divers groupes mobiles. Vers 10 000 avant J.-C., les premières méthodes d’irrigation ont permis d’étendre de grandes étendues de terres arables et ont aidé les civilisations sédentaires à s’épanouir.

Empires terrestres

Carte 2 : L’essor de la route de la soie (200-400)

D’autres innovations technologiques, de la domestication du chameau à l’invention de la boussole, ont facilité une plus grande mobilité et ont alimenté l’essor des avant-postes commerciaux vers 200 avant J.-C. Séparés par 6 500 kilomètres, les empires Han et hellénique ont exploité ces réseaux à des fins commerciales et stratégiques. L’interaction pacifique entre ces deux civilisations a donné naissance à des modèles de connectivité trans-eurasienne communément appelés « Route de la soie ».

Carte 3 : Réduction des routes de la soie (400-600).

Entre le IVe et le VIe siècle, les incursions nomades ont affaibli les empires romain et Han et ont coupé la route de la soie. Tandis que les routes commerciales circulaires du centre de l’Eurasie restaient actives, les destinations impériales orientales et occidentales du commerce transeurasien se divisaient en États plus petits et en empires moins étendus. Les transitions entre des entités politiques plus petites et plus grandes en Europe, dans certaines parties du Moyen-Orient et en Chine ont donné à l’Empire perse un rôle plus central dans la Route de la Soie.

Carte 4 : L’âge d’or de l’islam (600-1200).

Le califat abbasside et la dynastie des Tang ont facilité les réseaux qui s’étendaient de l’Afrique du Nord à l’Asie de l’Est. Durant cet âge d’or de l’islam, l’Asie centrale est devenue l’épicentre des échanges culturels et a vu s’épanouir des centres cosmopolites de culture et de science. L’islam et le bouddhisme se sont tous deux étendus à de nouveaux territoires et ont facilité un large échange de personnes et d’idées.

Carte 5 : L’empire mongol (1200-1300).

Les conquêtes mongoles ont créé le plus grand empire terrestre de l’histoire. De multiples groupes ethniques et religions existaient sous les Mongols, dont le modus operandi était d’emprunter et de transformer la technologie, la culture et les idéaux politiques de ceux qu’ils avaient conquis. Sous la domination mongole, la Route de la soie était extrêmement active, car les nouveaux réseaux de communication, le papier-monnaie et d’autres innovations facilitaient les échanges. Bien entendu, cette expansion impériale n’était pas sans conséquence. Les conquêtes ont détruit les systèmes d’irrigation, les centres urbains et les connaissances scientifiques.

La domination maritime

Carte 6 : Fractures de l’Eurasie (1300-1400).

La fragmentation de l’empire mongol, l’expansion russe et les politiques isolationnistes de la dynastie Ming ont réorienté et coupé les liens commerciaux à travers l’Eurasie. Parallèlement, le saccage de Constantinople par les Turcs ottomans a créé un « pont » entre l’Asie et l’Europe, avec des liens plus importants au sud vers le Moyen-Orient et en Afrique du Nord qu’en Europe. Après le règne de Tamerlan, le dernier des grands dirigeants nomades, l’Asie centrale passe d’un espace de transit central et fluide à un royaume plus marginal.

Carte 7 : Le déplacement maritime, colonies et territoires (1500-1900).

Les routes terrestres étant lentes, dangereuses et souvent bloquées, l’Europe a étendu ses routes maritimes vers l’Asie et d’autres régions du monde. Le commerce maritime a toujours été une composante importante de la Route de la soie, mais l’arrivée de grands navires océaniques et d’autres technologies de navigation et militaires a catalysé de nouveaux systèmes mercantiles. Alors que les puissances coloniales européennes se faisaient concurrence pour le contrôle des comptoirs et des territoires, l’activité commerciale a été attirée vers les côtes.

Carte 8 : Innovations et empires (1850 -1914).

Les innovations ont facilité l’expansion des empires impériaux et ont solidifié les structures coloniales au cours du XIXe siècle. L’Empire britannique a utilisé les chemins de fer pour étendre son influence politique sur le territoire indien, en amenant les marchandises de l’intérieur vers la côte et en les expédiant en Grande-Bretagne. De même, les chemins de fer sibériens et transcaspiens ont été des éléments clés pour maintenir les territoires d’Asie centrale sous contrôle russe. Alors que ces deux empires consolidaient leur influence, ils ont également jeté leur dévolu sur le territoire qui les séparait.

Conflit et intégration

Carte 9 : Échanges commerciaux entre les deux guerres mondiales (1929-1939).

Les canons d’août ont annoncé non seulement le début de la Première Guerre mondiale, mais aussi la fin de la première ère de la mondialisation. Au cours des quatre décennies précédentes, la circulation des biens, des personnes et des capitaux par-delà les frontières a atteint des sommets historiques. Le commerce mondial a commencé à augmenter après la Première Guerre mondiale, mais la Grande Dépression et la montée du protectionnisme ont paralysé, et dans de nombreux cas, inversé cette progression. Plutôt que d’approfondir l’intégration économique, cette période a été marquée par une rupture des liens. Après la Seconde Guerre mondiale, les exportations mondiales ne se sont pas complètement redressées à l’aube des années 1980.

Carte 10 : La guerre froide (1947-1991).

Pendant la guerre froide, le supercontinent eurasien était divisé entre les systèmes capitaliste et communiste. Avec les routes commerciales communistes dictées par Moscou, un nouveau modèle de connexion transeurasienne est apparu. Ce système commercial a permis d’accroître et de moderniser les infrastructures dans toute la région, ce qui a souvent conduit au développement, mais aussi à l’exploitation de régions particulières pour leurs ressources naturelles. Tout en facilitant les échanges entre les économies communistes, l’Union soviétique est restée largement isolée du reste de l’économie mondiale.

Carte 11 : L’essor de l’Asie et sa croissance économique (1990-2015).

L’essor économique de l’Asie a remodelé le paysage mondial. Au centre de cette histoire se trouve la Chine, qui a commencé à s’ouvrir sous la direction de Deng Xiaoping en 1978. Ces politiques et les réformes économiques qui ont suivi ont propulsé la Chine vers l’avant, avec une croissance économique de plus de 7 % par an, en moyenne, entre 1990 et 2015. Les politiques d’ouverture des marchés ont également stimulé la croissance dans toute la région, de l’Inde à l’Indonésie, permettant à des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté. En conséquence, le centre de gravité économique du monde s’est déplacé de l’Ouest vers l’Est.

Carte 12 : L’ère numérique (aujourd’hui).

L’Internet et les technologies sans fil ont rendu le monde plus interconnecté que jamais. Des personnes de différents continents communiquent et échangent désormais des données multimédias en temps réel. Grâce aux plateformes de commerce électronique, les vendeurs et les acheteurs peuvent échanger des produits et des paiements sans jamais se rencontrer en personne. Bien entendu, comme les innovations précédentes, les nouvelles technologies peuvent être exploitées à des fins politiques. En outre, des disparités importantes subsistent en matière d’accès, comme l’illustre cette carte des appareils connectés à Internet. Même dans le monde d’aujourd’hui, de plus en plus connecté, la géographie reste une ombre.

Source : Centre d’études stratégiques et internationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.