Balade ancestrale à Gokayama

Gokayama

Situé dans la préfecture de Toyoma, Gokayama (五箇山, « la montagne au 5 parties ») est un village traditionnel ancien, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Gokayoma est en réalité constitué de trois villages dont certaines maisons à l’architecture de type gasshō-zukuri (« structure aux mains jointes »), ont plus 300 ans.

Longtemps isolée, cette région montagneuse est désormais à 3 heures de train de Tokyo. Une plongée dans l’ancien temps, entre villages à toits de chaume et ateliers millénaires de fabrication de papier.

La coquette Mitsuko Yamaguchi ne veut pas dire son âge. Mais au fil de la conversation, on devine que sa retraite a commencé il y a plus de vingt ans. Dans une douce odeur de feuillage, frêle silhouette enroulée dans un grand tablier beige, l’octogénaire, employée à mi-temps dans une petite coopérative, s’active à décoller une à une les fines feuilles de « etchu washi », papier japonais fait à partir d’écorces de mûrier (le kozo) mélangées à des racines de « tororo aoi », une variété d’hibiscus.

Dans ce district de Gokayama, les montagnes enneigées ont arrêté le temps et préservé un artisanat millénaire. Bordée au nord par la mer du Japon, la préfecture de Toyama fait partie de ce « Japon de l’envers », rude et rustique, en opposition à celui de « l’endroit », plus ensoleillé, qui déroule ses mégalopoles le long de l’océan Pacifique. Éloigné des grands axes de circulation, « le pays des cinq montagnes » est un voyage dans le Japon rural ; une région plus accessible depuis l’ouverture, en mars 2015, de la ligne « Hokuriku » du Shinkansen, le TGV nippon, qui la relie à Tokyo en un peu plus de trois heures.

[Lire la suite sur Le Monde]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.