Entretien avec Kakim Goh

Kakim Goh

Dans le cadre du Festival Accès Asie, Terres d’Asie a posé quelques questions à Kakim Goh.

Qui est Kakim Goh ?

Je suis un artiste visuel et commissaire du Festival Accès Asie.

Quel est votre parcours ?

J’ai été un apprenti peintre-maître à San Miguel de Allende, Mexique pendant cinq ans, une expérience où j’ai acquis les techniques et le vocabulaire des arts visuels. En arrivant à Montréal, à la fin des années 90, j’ai complété ma formation avec un baccalauréat en beaux-arts de l’université Concordia. Depuis ce temps, je participe à de nombreuses expositions en tant qu’artiste, mais aussi en tant que commissaire.

Kakim Goh

Kakim Goh dans son studio à Montréal (2012).

Vous êtes vice-président du Conseil d’Administration du Festival Accès Asie, ainsi que le Commissaire en Arts visuels. Pour cette 21e édition, vous avez mis en place l’exposition « Trouvés ». De quoi s’agit-il ?

C’est une exposition réunissant des photographies, conjointement à des vidéos, et qui se tient à la maison de la culture Frontenac.

Quelle est la particularité de cette exposition ?

C’est une exposition basée sur des recherches d’histoires du Népal et du sous-continent indien.

Présentez-nous les artistes exposés.

Les deux artistes sont Aanchal Malhotra de New Delhi et Margret Nielsen, originaire d’Allemagne demeurant à Montréal.

Quelles sont les raisons qui vous ont amenés à les sélectionner ?

La qualité de ces œuvres et leur engagement avec les histoires.

Quelle a été leur réaction à cette demande ?

Les artistes ont accepté d’exposer avec le Festival !

Que diriez-vous au public qui souhaiterait se rendre à la maison de la culture Frontenac ?

Le public sera accueilli par des œuvres d’une grande beauté esthétique, riches en histoire et personnalité.

Si vous deviez choisir deux photos, une d’Aanchal Malhotra et une de Margret Nielsen, quelles seraient-elles ?

Je choisirais les deux photos qui apparaissent sur le carton d’invitation.

Vous êtes d’origine singapourienne. Retournez-vous régulièrement à Singapour et quelle est votre relation avec l’Asie ?

Cela fait des années que je n’y suis pas retourné. En faisant partie de l’équipe du Festival Accès Asie, j’ai le luxe et le plaisir de rencontrer et connaître des artistes et membres du public asiatiques qui viennent d’une grande variété de cultures asiatiques.

Un projet que vous aimeriez concrétiser.

Retourner à Singapour pour mieux connaître ma culture d’origine et bien manger !

Entretien réalisé le 25 mai 2016.


Du 27 avril au 4 juin 2016

Maison de la culture Frontenac Studio 1
2550, rue Ontario Est
Métro Frontenac
(derrière le métro)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.