Golestan d’Anatolie : aux frontières de plusieurs cultures

Golestan d'Anatolie

L’année dernière, nous avions eu droit à la rencontre de deux cultures musicales différentes, celles de l’Iran et de l’Inde. Pour cette édition, Pooria Pournazeri (tanbur) et Ziya Tabassian (tombak), accompagnés de Reza Abaee (gheychak), se sont tournés vers l’ouest en jouant avec le musicien et chanteur turc Ismail Fencioğlu (oud). Un quatuor qui a partagé des points communs pour un concert de qualité, dans le cadre du Festival Accès Asie.

Les musiques et chants moyen-orientaux ont fait le bonheur des spectateurs. Tantôt lents, tantôt rapides, les morceaux interprétés par ces artistes de talent étaient des traditionnels iranien, kurde et azéri. Le son grave de l’oud turc associé à celui plus aigu du tambour a montré que ces instruments de la famille des luths étaient complémentaires. Ils étaient soutenus par les percussions et le gheychak (sorte de vièle).

Ismail Fencioglu

Ismail Fencioğlu.

Les explications, données au cours du spectacle, sur les instruments et les morceaux joués ont permis de mieux les connaître et les comprendre.

Un seul point négatif, le concert a été un peu court !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.