Les barrages de la Chine sur le Brahmapoutre inquiètent l’Inde et le Bangladesh

Le Brahmapoutre (« Fils de Brahma » en sanskrit) est un fleuve de 2 900 kilomètres qui prend sa source dans l’Himalaya tibétain. Il s’écoule vers l’Inde et se jette dans le golfe du Bengale après avoir traversé le Bangladesh. Ce fleuve au débit irrégulier revêt une grande importance pour ces deux pays, avec des implications diplomatiques.

Vue du Bangladesh, de la vallée du Brahmapoutre et des bouches du Gange par satellite

La construction de digues sur le Brahmapoutre conduit à des tensions entre la Chine et les autres pays de la région, comme le rapporte The Diplomat.

En novembre 2014, la première unité du projet, la station hydroélectrique de Zangmu, était devenue opérationnelle. Le projet était déjà controversé à l’époque, comme l’expliquait alors Sciences et Avenir. Le site rapportait les paroles du responsable de la société d’électricité du Tibet, recueillie par l’agence gouvernementale Chine nouvelle, qui affirmait : « Cette centrale hydroélectrique va résoudre les problèmes de carence en électricité du Tibet. »

Cinq autres unités devraient être créées cette année, et le gouvernement chinois a autorisé un autre projet hydroélectrique le long du fleuve.

Certains analystes prédisent une « guerre des eaux » entre l’Inde et la Chine. Brahma Chellaney, expert en affaires stratégiques, expliquait en 2009 : « Les barrages, digues, canaux et systèmes d’irrigation en amont peuvent transformer l’eau en une arme politique. »

Les bassins du Gange, du Brahmapoutre et de la Meghna_basins

[Lire la suite sur Slate]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.