Menace d’une nouvelle forme d’essai nucléaire pour renforcer la dissuasion

La Corée du Nord a menacé, samedi 29 mars 2014, de « procéder à une nouvelle forme d’essai nucléaire pour renforcer davantage notre dissuasion nucléaire », en cas « d’action imprudente » des États-Unis. La présidence de Corée du Nord a ajouté dans un communiqué : « Tant que les États-Unis manipulent le Conseil de sécurité pour étouffer la RPDC, nous allons également exercer notre droit à la légitime défense » […] « Nous sommes déjà prêts pour diverses formes de mesures de représailles ».

Rappelons que la Corée du Nord a procédé mardi 25 mars 2014 au test de 2 missiles balistiques, d’une portée de 1 000 à 1 500 kilomètres, de type Nodong, en mer du Japon. Les États-Unis avaient vivement réagi et saisi le Conseil de sécurité de l’ONU, qui avait condamné ces tirs. Les États-Unis ont indiqué que « les résolutions 1718 et 1874 du Conseil de sécurité de l’ONU interdisent à la Corée du Nord de lancer tout missile balistique, et cela inclut les Scuds ». Ces tirs de missiles interviennent alors que les États-Unis et la Corée du Sud effectuent des manoeuvres militaires conjointes annuelles, « Key Resolve » et « Foal Eagle », qui ont débuté le 25 février 2014 et doivent se terminer le 18 avril 2014. La Corée du Nord, qui demande leur annulation, estime que l’annonce de ces exercices annuels « équivaut pratiquement à une déclaration de confrontation nucléaire totale ». Les résolutions 1718, du 14 octobre 2006, du Conseil de sécurité de l’ONU imposent des sanctions ainsi que des restrictions en matière d’armement à la République populaire démocratique de Corée (RPDC), après son essai nucléaire annoncé le 9 octobre 2006. La résolution 1874, du 12 juin 2009, rédigée par les États-Unis, alourdit les sanctions à l’encontre de la Corée du Nord, suite à son nouvel essai nucléaire effectué le 25 mai 2009. La résolution exige que la Corée du Nord « s’abstienne de tout nouvel essai ou tir de fusée utilisant la technologie des missiles », « suspende toutes ses activités reliées aux missiles balistiques » et « réintègre le Traité de non-prolifération nucléaire et le Traité d’interdiction des essais nucléaires le plus tôt possible ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.