Il y a 80 ans, Annie Besant disparaissait

Annie Besant (née Wood le 1er octobre 1847 à Londres, est une conférencière, féministe, libre-penseuse, socialiste et théosophe britannique. Elle prit part à la lutte ouvrière avant de diriger la Société théosophique, puis de lutter pour l’indépendance de l’Inde.

Portrait d'Annie Besant

Portrait d’Annie Besant dans les années 1880.

En 1889, William Thomas Stead, rédacteur en chef de la Pall Mall Gazette, lui demanda d’écrire un compte-rendu de l’ouvrage d’Helena Blavatsky (1831-1891), la Doctrine secrète, qui lui fit découvrir la théosophie. Elle y trouva les réponses à ses interrogations métaphysiques et spirituelles et s’y convertit rapidement. Elle devint une des dirigeantes de la société théosophique. En 1893, elle partit s’installer en Inde où était basée la société. Là, elle adopta et éduqua Krishnamurti (philosophe et essayiste indien, 1895-1986) pour qui elle devint une mère spirituelle. Elle prit la direction de la Société théosophique en 1907 et l’assuma jusqu’à sa mort en 1933.

La société théosophique à Adyar, Inde, 1890

La société théosophique en 1890.

En Inde, elle s’engagea pour l’autodétermination, puis l’indépendance du pays, par des articles, des discours et des activités éducatrices. Ses activités déplurent au pouvoir britannique qui l’assigna à résidence en 1917, mais dut la relâcher rapidement sous la pression de l’opinion publique indienne. La même année, Annie Besant fut élue présidente du Parti du Congrès. Elle s’effaça peu à peu face à Gandhi et consacra les dernières années de sa vie à la théosophie.

Annie Besant mourut le 20 septembre 1933 à Adyar, un des quartiers de Madras (aujourd’hui Chennai, en Inde). Son corps fut brûlé sur un bûcher, selon la tradition hindoue. Ses cendres furent dispersées en partie dans le Gange et en partie dans le jardin de la société théosophique d’Adyar.

(Traduit et adapté de Wikipédia.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.