Le Viêt Nam et le Japon en ciné-concert à la Sala Rossa

Un spectacle peu habituel a été offert au public, le 12 mai, à la Sala Rossa à Montréal. Le public a eu droit, dans ce lieu intimiste, à un « Conseil spirituel » « conçu pour rendre hommage au lien spirituel, en communion avec les esprits ». Si la spiritualité était difficilement perceptible, la qualité artistique était bien présente.

Conseil spirituel

Le groupe de percussions japonaises (taiko, 太鼓) Arashi Daiko a ouvert bruyamment la soirée avec une prestation qui a fait vibrer la salle à en faire tomber par terre les programmes restés sur les rares chaises inoccupées.

Arashi Daiko

Un percussionniste d’Arashi Daiko.

Le discours de bienvenue a été prononcé par Khosro Berahmandi, directeur du Festival Accès Asie, et Hera Chan, la représentante de l’Atelier Céladon à l’origine du ciné-concert.

Discours de présentation.

Khosro Berahmandi et Hera Chan.

Au programme, deux courts-métrages et un long-métrage en noir et blanc : Hau Dong Ca (réalisatrice : Nguyen Hong Ngoc – 2015 – durée : 2 min 45 s), Tojin Okichi (réalisateur : Kenji Mizoguchi – 1930 – durée : 4 min) et A page of Madness (réalisateur : Teinosuke Kinugasa – 1926 – durée : 60 min). Ces films muets ont été accompagnés d’une performance musicale en direct avec Shota Yokose, Stefan Christoff, Amir Amiri, Jia Lu (Angela), YlangYlang (Catherine Debard).

Angela Jia Lu a joué du yangqin pour Hau dong Ca dont le nom vient d’une chanson de cérémonie vietnamienne durant laquelle les vivants communiquent avec un défunt.

Jia Lu

Jia Lu au yangqin.

Page of Madness

Une scène de « Page of Madness ».

Shota Yokose, Stefan Christoff, Amir Amir et YlangYlang ont assuré la partie japonaise en jouant avec des instruments traditionnels comme le santour, mais aussi des sonorités électroniques bien loin des années 20. Pourtant, la magie a opéré. Le thème de A Page of Madness (Une page folle) est la folie avec son lot de violence qui tranche avec le son cristallin et léger du santour. C’est une plongée dans le Japon d’antan. Le film de Kenji Mizoguchi est bien réalisé avec des acteurs convaincants et quelques effets spéciaux de bon aloi pour l’époque. En résumé, une découverte par un voyage musical et cinématographique de qualité.

 

 

http://dai.ly/x5n8nl5

Les musiciens

Jia Lu – musicienne

Angela, aka Jia Lu, est une joueuse de Yangqin, un instrument de musique chinoise à cordes frappées, faisant partie de la famille des cithares sur table. Actuellement étudiante à l’Université McGill, son parcours musical commence à Beijing, lorsqu’elle a seulement 4 ans. Gagnante de plusieurs concours en solo, Angela a également fait partie de l’orchestre de musique chinoise de son lycée. Depuis qu’elle est arrivée à Montréal, Angela continue de vivre sa passion. Elle joue aujourd’hui du Yangquin au sein du McGill Student Chinese Music Society.
Les musiciens de Conseil spirituel

Shota Yokose – multi-instrumentiste

Shota Yokose est un improvisateur multi-instrumentiste qui a grandi à Tokyo. Il a commencé à faire des improvisations avec sa voix ainsi que des sons électroniques sur la scène musicale japonaise psychédélique et expérimentale. En 2012, il déménage au Canada et amorce son projet solo qui consiste à composer de la musique ambiante avec des instruments électroniques, ethniques ou encore des jouets. Il a travaillé sur différents styles de musique et a collaboré avec un large éventail d’artistes.

Stefan Christoff – écrivain et musicien

Outre ses activités d’écrivain et de musicien, Stefan Christoff est un organisateur communautaire vivant à Montréal. En tant que pianiste, il a travaillé sur de nombreux projets dont l’album engagé Duets for Abdelrazik, composé en hommage au Soudano-Canadien Abousfian Abdelrazik, emprisonné et torturé au Soudan. Il a par ailleurs édité le Temps libre, mini album qu’il enregistre avec Brahja Waldman et Peter Burton durant les événements du printemps Érable. Actif au travers de ses démarches artistiques et activistes, Stefan s’illustre par ses projets au sein du collectif Howl arts.

Amir Amiri – musicien

Amir Amiri est né à Téhéran, en Iran, où il étudie durant ses jeunes années le santour, un instrument à cordes très populaire dans la musique classique perse. Il apprend également la musique classique indienne auprès des maîtres Ravi Shankar et Nusrat Fateh Ali Khan. Arrivé au Canada en 1996, il intègre une résidence au Banff Center for the arts qui l’inspirera beaucoup. Depuis, Amir s’est beaucoup investi en tant que performeur, directeur musical et consultant pour de nombreuses troupes de danse et compagnies de théâtre canadiennes, ainsi que des orchestres et pour la télévision.

YlangYlang – musicienne

La Montréalaise Catherine Debard utilise synthés, ordinateurs, enregistrements de voix et enregistrements réalisés sur le terrain pour concevoir des voyages spirituels au cœur de la musique. L’artiste œuvre depuis quelques années en solo mais collabore également avec un vaste éventail d’artistes. Ses albums ont été signés sur Phinery, Carpi Records, Ailanthus Recordings et Inyrdisk. Cofondatrice du collectif et label Jeunesse cosmique, Catherine Debard a par ailleurs composé les musiques des jeux Dream Warrior, Egg Boss et Gardenarium pour l’artiste et animatrice Paloma Dawkins.

(Source : Accès Asie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.