Les leçons indiennes de Sanjay Subrahmanyam

Pour certains, le nom de Sanjay Subrahmanyam n’évoquera pas grand-chose. Pourtant, cet historien indien, né à Delhi dans une famille de fonctionnaires, est un personnage hors du commun. Polyglotte, il parle de nombreuses langues : outre le tamoul, sa langue maternelle, il connaît le hindi, l’ourdou, le persan, l’anglais, le français, le portugais, l’espagnol, l’italien, l’allemand, le danois, le néerlandais… Des connaissances linguistiques bien utiles dans son domaine d’expertise.

Sanjay Subrahmanyam

Titulaire d’un master en économie, il reçoit son doctorat de la Delhi School of Economics une thèse intitulée « Trade and the Regional Economy of South India, c. 1550–1650 ».

Sanjay Subrahmanyam a d’abord enseigné à la Delhi School of Economics avant de poursuivre sa carrière à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, à l’université d’Oxford en Grande-Bretagne, à l’UCLA aux États-Unis. Il est également professeur invité au Collège de France.

Sa carrière internationale lui a permis de porter un regard particulier sur notre monde, passé et présent. En effet, son ouvrage sur Vasco de Gama publié à la veille du 500e anniversaire de l’expédition de la « découverte de l’Inde », dans lequel il est sans concession pour le navigateur portugais, lui a donné un rayonnement international. Le livre a déchaîné les passions et il est à cet égard considéré comme « ennemi du Portugal ».

Cette année, les éditions Alma publient Leçons indiennes, un essai regroupant une vingtaine d’articles écrits par Subrahmanyan entre 1995 et 2012. Elles reflètent ce qui a fait de lui le plus brillant représentant de « l’histoire globale de la première modernité » et dont l’origine est l’Inde. Parus dans des magazines, des hebdomadaires ou des quotidiens en Inde, mais aussi en Europe et aux États-Unis, ces articles montrent à la fois l’historien au travail et l’observateur engagé de la vie politique et culturelle.

Cet ouvrage est destiné à un lectorat plus large que celui des seuls spécialistes et propose une perception multipolaire de notre monde. Le lecteur est transporté sur les pas de Vasco de Gama jusqu’aux attentats du 11 septembre 2011. L’historien revisite aussi bien les thugs (adorateurs de Kali qui étranglaient leurs victimes avec un foulard) qu’Indiana Jones ; s’interroge sur la France des terroirs autant que sur Salman Rushdie ou V. S. Naipaul ; parle de philanthropie en mettant en parallèle Warren Buffet et la Bhagavad Gîtâ… Contestant la dérive actuelle de la notion de « civilisation », il met en cause avec brio les représentations nationalistes ou intégristes – « le sentiment anti-science, anti-moderne, et anti-technique » – à l’œuvre en Inde et dans le reste du monde.

Un livre à lire pour ceux qui désirent avoir un regard différent sur des événements qui ont changé notre monde et sur les bouleversements de notre société.


Leçons indiennes. Itinéraires d’un historien. Delhi – Lisbonne – Paris – Los Angeles, par Sanjay Subrahmanyam. Alma, 380 p., 25 €.

Leçons indiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.