L’histoire méconnue des descendants d’Africains en Inde

Ce sont les descendants d’esclaves et de mercenaires venus d’Afrique à partir du XIIIe siècle. Les Sidis sont un peu plus de 40 000 en Inde et vivent dispersés dans des régions reculées de l’ouest et du sud du pays. De leur continent d’origine, ils ont préservé leurs traditions de musique et de danse, qui restent pour beaucoup un moyen de subsistance. Certains se battent aujourd’hui pour aider et unir leur communauté qui continue de vivre dans des conditions précaires.

Illustrations de M. V. Dhurandhar pour le livre « By The Ways of Bombay » - 1912

Illustrations de M. V. Dhurandhar pour le livre « By The Ways of Bombay » (1912).

Wassim Jamadar se concentre et attend la fin de la prière du muezzin pour pouvoir entonner quelques notes de Malunga. Depuis sa chambre en terrasse dans la maison familiale à Bhuj, dans la région occidentale du Gujarat, cet employé de banque de 29 ans s’entraîne dès qu’il a un moment de libre. Il y a trois ans, il s’est mis à apprendre à jouer de cet instrument emblématique de la communauté sidi. Pour lui, c’est une manière de renouer avec ses racines africaines lointaines, qu’il redécouvre aujourd’hui avec passion. « J’ai donné des concerts en Inde et aussi en Afrique en 2012. Pour moi, c’était une expérience unique. Je suis revenu sur la terre de mes ancêtres et le public était content de voir cet instrument, de savoir qu’après plusieurs siècles, la culture africaine était encore présente en Inde. » [Lire la suite sur RFI]

Danseurs traditionnels sidis à Devaliya Naka Sasan Gir, dans le Gujarat.

Danseurs traditionnels sidis à Devaliya Naka Sasan Gir, dans le Gujarat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.