Iran : la musique dans le viseur des conservateurs

En Iran, organiser un concert a toujours été une opération assez compliquée. Ces derniers mois, face à la pression des conservateurs, les ordres d’annulation se succèdent pour des musiciens pourtant munis d’autorisations officielles.

Alireza Ghorbani : « Deldar »

Après l’élection en juin 2013 du président modéré Hassan Rohani, qui prône une plus grande liberté culturelle dans le respect des valeurs islamiques, le nombre de concerts autorisés a augmenté. Certains chanteurs interdits sous le double mandat du conservateur Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013) ont même pu se produire en Iran.

Des interdictions de dernière minute

Pourtant, relevait mardi le quotidien « Ghanoon », cité par l’AFP, il y a eu plus d’annulations de concerts ces deux dernières années que durant l’ère Ahmadinejad. Ces interdictions, une vingtaine depuis quelques mois selon le quotidien « Shargh », touchent en majorité les provinces et sont parfois notifiées quelques heures avant le début du concert. Elles visent indistinctement des chanteurs pop ou traditionnels. [Lire la suite sur France TV Infos]

O-Hum : « In Khergheh Biandaz »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.