L’Inde sur pellicule : 1899-1947

Dans le cadre de l’année Royaume-Uni/Inde de la culture 2017, le British Council et le British Film Institute partagent une collection unique de films documentant les curiosités et la culture d’une Inde révolue.

Réalisés entre 1899-1947, et conservés depuis lors dans les Archives nationales de l’IAB, ces films rares captent de nombreux aperçus de la vie en Inde, des danses et des marchés aux chasses et aux parades.

Bande annonce de « Watch the India On Film: 1899-1947 ».

Ces témoignages de l’Inde du début du XXe siècle offrent une image unique du pays et donnent un aperçu sur les gens, les lieux, les traditions et de nombreux monuments célèbres.

Pour visionner les films des archives (plus de 100), voir l’intégralité de l’Inde dans la collection de films.

Inde du Nord

Nous commençons par le Nord et le nord-ouest de l’Inde et le Pakistan d’avant 1947, que nous explorons de Karachi jusqu’à Khyber Pakhtunkhwa.

Ensuite, visite de la haute ville de Leh, parmi les majestueuses montagnes du Ladakh, avant de descendre à nouveau dans les rues animées de Delhi et d’admirer les couleurs vibrantes de Bundi.

Eastern Market (Marché oriental) (1928)

Marchés de l'ESt où l'on peut acheter un assortiment de fruits et légumes.

Marchés de l’Est où l’on peut acheter un assortiment de fruits et légumes.

Ce film, fait pour être montré aux écoliers britanniques afin de leur enseigner la vie dans l’Empire, fournit un portrait fascinant de la vie dans le Pendjab et, en particulier, du marché de Rawalpindi.

Lahore, mosquée Badshahi (1933)

Ce film amateur fait par T. Burtt a peut-être été tourné sur le film de Grainy 8 mm, mais c’est du cinéma épique !

Le film montre des milliers de personnes à la prière à l’extraordinaire mosquée Badshahi de Lahore, la plus grande des grandes mosquées de l’époque moghole.

Delhi et le Nord (1947)

Les structures impressionnantes de l’Inde du Nord ont toujours fasciné John Laing, comme le montrent ses nombreux films saisissant le paysage façonné par l’architecture indienne.

En revanche, ce film particulier capte l’intérêt que les Indiens ont pour lui ainsi que pour sa technologie, en particulier la caméra et la voiture.

Leh, extrait (1943)

Ces superbes images en couleurs nous donnent une vue rare de Leh au début des années 1940. Capitale de l’ancien royaume bouddhiste du Ladakh, Leh se dresse dans l’Himalaya occidental, près de la frontière avec le Tibet. Le film révèle ses rues anciennes et les bâtiments, y compris le majestueux Palais de Leh, ressemblant au Potala à Lhassa.
Le film a été tourné en couleur par le cinéaste amateur prolifique John C. Jewell avec la caméra 8 mm qu’il apportait avec lui lors de ses voyages.

Delhi, grande capitale de l’Inde (1909)

Ce film montre Delhi au moment d’une grande fête religieuse. Il n’est pas dit quelle fête, mais les rues sont bondées, tandis que des artistes de rue divertissent la foule tout en profitant peut-être des fidèles. Ce document, l’un des nombreux films réalisés dans des endroits exotiques par la société Pathé frères, présente un beau traitement de couleur au pochoir, même si le temps a atténué les couleurs du film.

Rajputana Jhawalar Bundi et danseurs de Katakali (1940)

Ce film amateur de Clarmont Skrine, un « envoyé du Raj », propose un voyage à Bundi, au Rajasthan, mettant en valeur les célébrations régionales, les traditions et la vie en Inde. Les images montrent des sites tels que le fort Taragarh et Bundi Palace.

Les archives détiennent 25 films tournés par Skrine, montrant les mêmes thèmes.

L’Inde de l’Est et du Nord-Est

Maintenant, direction l’est de l’Himalaya que nous parcourons en empruntant la vieille route commerciale pour nous rendre à Darjeeling, au Bihar, et enfin à Calcutta, où nous faisons l’expérience de la vie quotidienne dans la ville avec le faste de l’Empire.

Suivez-nous plus à l’est, en visitant la région avec le Mahatma Gandhi.

Procession à Gangtok (1940)

Sir Basil Gould montre dans ce film un regard sensible pour le détail, se concentrant sur la beauté intacte de l’Himalaya.

Ce film amateur présente un festival local dans les montagnes avec des jeux et des instruments traditionnels, soulignant les communautés bouddhistes de la région.

Calcutta, Darjeeling et le Bihar (1947)

Lors d’un voyage missionnaire dans certaines parties de l’Asie de l’Est, Sir John Laing explore Darjeeling et le Bihar et offre un portrait incroyablement vif de Calcutta à la veille de l’indépendance avec de remarquables images en couleurs.

La marche du Mahatma Gandhi à Noakhali (1947)

Ce film montre la visite du Mahatma Gandhi à Noakhali, tourné par son grand neveu, Kanu Gandhi. Kanu a pu documenter les dernières années du grand homme à condition de ne pas utiliser de flash et que Gandhi n’aurait jamais à devoir poser.

Avec ce niveau d’accès exclusif à Gandhi, il a été en mesure d’obtenir des images qu’aucun autre photographe n’aurait pu faire.

Scènes dans le jardin de son Excellence le vice-roi à Belvedere (1926)

Ce film, commandé par Lord Irwin, montre l’élite indienne et britannique se côtoyant, soulignant avec humour (mais accidentellement) la maladresse entre elles.

En mettant en scène des scènes de la réception, Irwin a tenté de renforcer un sentiment de crainte et d’émerveillement envers la haute société en Inde.

Cependant, malgré ces festivités, l’époque où Irwin était vice-roi n’était pas toujours aussi légère puisqu’il qu’il surveillait d’intenses manifestations pour demander une décentralisation politique et négociait avec Gandhi afin de mettre fin au mouvement national de désobéissance civile.

Inde de l’Est et du Centre

Nous découvrons maintenant les tâches routinières de la vie rurale dans le Maharashtra, avant de passer à un mariage au Gujarat.

Éléphants indiens au service de l’homme (1938)

L’utilisation d’éléphants en Inde dans la chasse et comme animaux de travail, filmée par Jim Corbett, un chasseur anglo-indien bien connu et plus tard écologiste.

Jim Corbett a écrit de nombreux livres sur ses chasses dans la jungle mais, plus tard, il a commencé à éduquer les jeunes sur l’importance de la conservation de la faune indigène de la région. En conséquence, il a joué un rôle clé dans l’établissement du premier parc national en Inde, rebaptisé d’après lui en 1957.

Dans le Maharashtra rural (1945)

Le Maharashtra est le cadre pour un regard pittoresque sur la vie rurale en Inde. Ce film raconte l’histoire d’un fermier souriant et de sa femme, montrant l’époque où ils se courtisaient et du mariage qui s’est ensuivi, joués par les acteurs.

Le couple heureux dans « In rural Maharashtra ».

Le couple heureux dans « In rural Maharashtra ».

Mariage du Maharaja Kumar Shri Meghrajji Shaeb de Kutch et du Maharaja Kumari Shri de Kishangarh (1933)

« Somptueux » n’est pas un terme suffisant pour décrire ce mariage royal. L’assemblage de deux familles et de deux États par le mariage du Prince de Kutch et d’une princesse de Kishangarth est présenté dans ce film.

Les mariages ont toujours été de grandes affaires en Inde, et celui-ci ne déroge pas à la règle avec une liste d’invités de la haute société indienne, des fêtes, des feux d’artifice et des célébrations s’étalant sur plusieurs jours.

Inde du Sud

Un bref arrêt dans la vieille ville côtière de Madras, maintenant Chennai, nous introduit à une foule occupée et défilé de chars.

Le spectacle et l’ampleur de l’événement sont gravés sur pellicule grâce à ce vibrant film amateur de 16 mm.

(Texte traduit d’un article du British Council en Inde)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.