De Calcutta au Bihar : voyage d’un artiste

Dans le cadre des collections d’arts visuels, la British Library possède une vaste collection de dessins, croquis et aquarelles d’artistes amateurs britanniques et européens qui ont voyagé à travers le sous-continent indien. En 2015, la BL a acquis un merveilleux petit carnet de croquis, mesurant à peine 80 x 204 mm, d’un artiste inconnu qui a décrit son voyage de Calcutta à Bihar en hiver 1849.

Malheureusement, aucun des croquis n’est signé et n’offre de détails sur l’identité de l’artiste. Ce carnet de croquis contient 12 pages recto verso, chacune remplie de croquis à la plume ou des aquarelles. Les sujets incluent des vues topographiques, des études de portraits des habitants ainsi que la documentation des métiers et des moyens de transport. Chaque illustration est annotée par l’artiste, fournissant des détails sur les sujets et documentant les nuances de couleur — telles que « très blanches » ou « jaunâtres ». Il est fort probable que cette série incomplète de croquis était une étude préparatoire qui devait être retravaillée à un moment ultérieur.

Vue de la maison du Gouvernement à Calcutta. Artiste britannique inconnu, vers 1849. British Library WD 4593, f. 7

Vue du Government House à Calcutta. Artiste britannique inconnu, vers 1849. British Library WD 4593, f. 7

Les illustrations de l’album comprennent des descriptions de bâtiments relativement bien connus tels que le Government House et le fort William à Calcutta, mais aussi d’endroits moins connus le long du Gange et de l’Hoogly. Les impressions de l’artiste démontrent plutôt une étude rapide et des impressions artistiques que le désir de fournir un enregistrement visuel précis. L’une des premières vues de la série est celle du Government House (Raj Bhavan) qui a été conçu par le capitaine Charles Wyatt et construit à partir de 1799-1802.

L’artiste a préparé l’étude à partir d’une position sur la rangée de l’Esplanade faisant face au nord. Ce bâtiment néo-classique, inspiré par le Kedleston Hall de Robert Adam dans le Derbyshire, fut la résidence officielle des gouverneurs généraux et des vice-rois jusqu’en 1911. Le long du parapet du bâtiment central, l’artiste a esquissé les armoiries de la Compagnie des Indes orientales représentant des lions. Il est très curieux que l’artiste ait présenté les armoiries sur le devant du bâtiment, alors qu’elles sont en fait positionnées le long du parapet de la face nord et de l’entrée principale du bâtiment. Un dessin de Lady Sarah Amherst, daté de 1824, montre la position correcte.

Vue duFort William à Calcutta. Artiste britannique inconnu, vers 1849. British Library, WD 4593, f. 9

Vue du Fort William à Calcutta. Artiste britannique inconnu, vers 1849. British Library, WD 4593, f. 9

Sur un autre folio, l’artiste a illustré une vue lointaine du fort William. Conçu par le capitaine John Brohier et construit au cours des années 1750 et 1760, la fortification octogonale a été érigée près des berges de la rivière Hoogly, juste au sud-ouest de la maison du gouvernement. Sur la gauche, l’artiste a écrit « white dark Pinnacle » (pinacle sombre et blanc) et « church » (église), ce qui semble faire référence à l’église Saint-Pierre construite en 1826.

« Hindoo Temples of Tin & Coloured Paper, Coolies, and Ganges Pilots ». Artiste britannique anonyme, vers. 1849. British Library, WD4593, f.14

« Hindoo Temples of Tin & Coloured Paper, Coolies, and Ganges Pilots ». Artiste britannique anonyme, vers. 1849. British Library, WD4593, f.14

Outre les vues architecturales et topographiques, l’artiste a également documenté les habitants et les coutumes locales. Sur le feuillet 14, il a écrit « Hindoo Temples of Tin and Coloured Paper » et fourni des croquis au crayon et à l’encre de ce qu’il pensait être des objets religieux locaux. Il a minutieusement documenté l’agencement des couleurs de ces objets. Cependant, après avoir trouvé du matériel comparatif dans des dessins contemporains et des photographies postérieures, il semble que l’artiste ait documenté des structures peintes appelées « ta’ziya », au lieu de « temples hindous », créés pour le Festival musulman de Muharram. Des exemples de ta’ziya utilisés dans les processions ont été enregistrés dans des peintures et des photographies par des artistes locaux et britanniques au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

Bateaux indigènes. Artiste britannique anonyme, vers 1849. British Library, WD4593, f. 25. noc

Bateaux indigènes. Artiste britannique anonyme, vers 1849. British Library, WD4593, f. 25. noc

L’album contient plusieurs charmantes scènes de fleuve qui montrent des formes de transport fluvial, des petits bateaux à un paquebot. À partir de la séquence d’illustrations et des inscriptions fournies, il est possible de documenter le voyage de l’artiste le long de l’Hoogly puis du Gange, de Calcutta au Bihar en passant par les collines de Rajmahal, Monghyr, Patna, Dinapur et Ghazipur.

Bibliographie

  • Archer, M., British Drawings in the India Office Library, Volume 1: Amateur Artists, London, 1969
  • Losty, J.P., « Charles D’Oyly’s voyage to Patna », Asian and African Studies Blog, September 2014
  • Losty, J.P., « A Career in Art: Sir Charles D’Oyly », in Under the Indian Sun: British Landscape Artists, ed. P. Rohatgi and P. Godrej, Bombay, 1995, pp. 81-106
  • Rohatgi, P., and P. Godrej, Under the Indian Sun: British Landscape Artists, Bombay, 1995

(Source : British Library — Creative Commons BY)

Bannière : Vue de Calcutta depuis l’Esplanade, 1850

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.