Les Kukis, juifs d’Inde descendants d’une tribu perdue d’Israël

Au nord-est de l’Inde, les Kukis se revendiquent comme les descendants de l’une des tribus perdues d’Israël. Devant leur ferveur, le grand rabbin d’Israël a autorisé les membres de cette minorité à immigrer en Terre promise. Ces familles se sont installées dans les colonies de Cisjordanie, et une majeure partie des hommes Kukis, guerriers dans l’âme, se sont engagés dans l’armée.

Lire la suite sur France 24

Le Gaur Minar

Ruines musulmanes à Gaur (lithographie du XIXe siècle).

Ruines musulmanes à Gaur (lithographie du XIXe siècle).

Les ruines de la cité de Gaur (en bengali গৌড়) se trouvent à la frontière indo-bangladaise, dans le district de Malda au Bengale. Autrefois connue sous le nom de Lakshmanavati ou Laknauti, la ville est une ancienne capitale du Bengale, siège de la dynastie bouddhiste des Pala au VIIIe siècle et celui de la dynastie hindoue des Sena au XIIe siècle. Les rois hindous ont été supplantés par le sultanat de Delhi au début du XIIIe siècle et Gaur devint la capitale des sultans du Bengale. Elle fut, avec la ville voisine de Pandua, un centre provincial de culture islamique jusqu’à son abandon à la fin du XVIe siècle.

lire la suite

La prise de Formose par le pirate Koxinga

Koxinga

Portrait de Koxinga, milieu du XVIIe siècle (National Taiwan Museum).

Pirate et général chinois, Koxinga (國姓爺) est né à Hirado, au Japon, le 28 août 1624. Son père, originaire du Fujian, se rend régulièrement au Japon où il va rencontrer sa mère, une Japonaise qui prendra soin de lui jusqu’à ses sept ans. Plus tard, il va en Chine pour y suivre une éducation confucéenne.

Ainsi débute la vie de celui qui, à la tête de plus 25 000 hommes, va prendre Formose (« Belle » en portugais), en 1662, et chasser les Hollandais de l’île qui deviendra plus tard Taïwan.

lire la suite

Mort de Zhou Youguang, l’inventeur du pinyin

Zhou Youguang chez lui à Pékin, le 11 Janvier 2015

Un film sur sa vie témoignerait d’un siècle d’histoire chinoise mouvementée. Né à Shanghaï sous le dernier empereur de Chine en 1906 dans une famille d’intellectuels, le grand linguiste Zhou Youguang (chinois : 周有光 ; pinyin : Zhōu Yǒuguāng) est mort samedi 14 janvier à l’âge de 111 ans à Pékin. Père du « pinyin », l’écriture latinisée du chinois devenue aujourd’hui universelle, il connaissait le monde occidental, avait travaillé aux États-Unis et était retourné en Chine en bon patriote après la victoire de Mao avant de devenir un critique déclaré et censuré du régime communiste.

lire la suite

Bonne année 2017 !

Bonne année 2017Document du Moyen-Âge représentant l’Asie du XIIIe siècle, sur lequel on voit une caravane empruntant la route de la soie pour se rendre en Chine (Atlas catalan de Cresques Abraham, manuscrit enluminé sur parchemin, 1375).

 

À la rencontre du peuple Moso

Jeunes femmes Moso

Les Moso ou Muoso (摩梭) est une des nombreuses ethnies chinoises. Ils appartiennent au sous-ensemble des peuples Noxi et vivent sur les contreforts de l’Himalaya, à la frontière du Yunnan et du Sichuan. Les Moso forment une société matriarcale et possèdent son propre système d’écriture pictographique appelée écriture daba.

lire la suite

De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel

Affiche de l'exposition

Sous le patronage de l’UNESCO se tient, du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017 l’exposition De Bâmiyân à Palmyre propose une immersion au cœur de quatre grands sites archéologiques en danger : l’ancienne capitale du roi Sargon à Khorsabad (Irak), Palmyre (Syrie), la Mosquée des Omeyyades de l’ancienne ville de Damas (Syrie) et le Crac des Chevaliers (Syrie). Un ensemble d’œuvres majeures provenant de ces sites menacés, ainsi que d’extraordinaires vues anciennes, peintures et photographies conservées au Louvre ou dans d’autres collections françaises, complètent cette expérience qui a pour ambition de sensibiliser le grand public à la notion de patrimoine en danger.

lire la suite

Catastrophe en vue en Corée du Nord ?

Le mont Paektu en 2013

L’inquiétude grandit dans la péninsule coréenne, non pas à cause de l’arme nucléaire, mais parce que la nature fait peser une menace sur toute la région.

En effet, le mont Paektu, qui est un énorme volcan situé à la frontière entre la Corée du Nord et la Chine, soulève des  inquiétudes. Sa dernière éruption, il y a un millénaire, était l’une des plus importantes qu’ait connues l’humanité. Or, des signes récents indiquent que le monstre pourrait être en train de se réveiller.

lire la suite