De Calcutta au Bihar : voyage d’un artiste

Dans le cadre des collections d’arts visuels, la British Library possède une vaste collection de dessins, croquis et aquarelles d’artistes amateurs britanniques et européens qui ont voyagé à travers le sous-continent indien. En 2015, la BL a acquis un merveilleux petit carnet de croquis, mesurant à peine 80 x 204 mm, d’un artiste inconnu qui a décrit son voyage de Calcutta à Bihar en hiver 1849.

Malheureusement, aucun des croquis n’est signé et n’offre de détails sur l’identité de l’artiste. Ce carnet de croquis contient 12 pages recto verso, chacune remplie de croquis à la plume ou des aquarelles. Les sujets incluent des vues topographiques, des études de portraits des habitants ainsi que la documentation des métiers et des moyens de transport. Chaque illustration est annotée par l’artiste, fournissant des détails sur les sujets et documentant les nuances de couleur — telles que « très blanches » ou « jaunâtres ». Il est fort probable que cette série incomplète de croquis était une étude préparatoire qui devait être retravaillée à un moment ultérieur.

Vue de la maison du Gouvernement à Calcutta. Artiste britannique inconnu, vers 1849. British Library WD 4593, f. 7

Vue du Government House à Calcutta. Artiste britannique inconnu, vers 1849. British Library WD 4593, f. 7

… Lire la suite

Les Kukis, juifs d’Inde descendants d’une tribu perdue d’Israël

Au nord-est de l’Inde, les Kukis se revendiquent comme les descendants de l’une des tribus perdues d’Israël. Devant leur ferveur, le grand rabbin d’Israël a autorisé les membres de cette minorité à immigrer en Terre promise. Ces familles se sont installées dans les colonies de Cisjordanie, et une majeure partie des hommes Kukis, guerriers dans l’âme, se sont engagés dans l’armée.

Lire la suite sur France 24

Le Gaur Minar

Ruines musulmanes à Gaur (lithographie du XIXe siècle).

Ruines musulmanes à Gaur (lithographie du XIXe siècle).

Les ruines de la cité de Gaur (en bengali গৌড়) se trouvent à la frontière indo-bangladaise, dans le district de Malda au Bengale. Autrefois connue sous le nom de Lakshmanavati ou Laknauti, la ville est une ancienne capitale du Bengale, siège de la dynastie bouddhiste des Pala au VIIIe siècle et celui de la dynastie hindoue des Sena au XIIe siècle. Les rois hindous ont été supplantés par le sultanat de Delhi au début du XIIIe siècle et Gaur devint la capitale des sultans du Bengale. Elle fut, avec la ville voisine de Pandua, un centre provincial de culture islamique jusqu’à son abandon à la fin du XVIe siècle.

… Lire la suite

L’Inde et Taïwan, les nouveaux maîtres du whisky

Whiskies japonais

Si les Asiatiques ont toujours consommé de l’alcool, le whisky tient une importance grandissante dans cette région du monde. Héritage des Européens, cette eau-de-vie, dont le Japon s’en est fait une spécialité depuis longtemps veut faire sa place en Inde et à Taiwan qui ont de grandes ambitions pour imposer leur production au monde.

… Lire la suite

Madrassa [sic, pour Hindu College], Calcutta

Le Hindu College, Calcutta

Vue générale de la façade principale, de style classique, de l’Hindu College de Calcutta en 1851. Le collège fut créé en 1817 et le comité de fondation fut dirigé par Raja Mohan Roy (1772-1833), le grand réformateur social bengali. Alors que ses effectifs et les champs d’études s’accroissaient, le gouvernement l’a rebaptisé, en 1855, Presidency College et permit son accès à tous les étudiants, quelque soit leur origine.

… Lire la suite

Petit temple à Ellorâ

Ellorâ

Photographie d’un petit temple à Ellorâ (vers 1857), extraite de l’album « Vues de l’Inde occidentale » attribué à Allan Newton Scott.

Le site d’Ellorâ possède une spectaculaire série de temples hindous, bouddhistes et jaïns creusés dans la façade rocheuse d’une falaise basaltique. Les travaux furent menés sous le règne des dynasties Kalachuri, Chalukya et Rashtrakuta, entre les VIe et IXe siècles.

… Lire la suite

En Inde à l’Alliance française et avec la communauté française de Pondichéry

À Pondichéry, l’Alliance française est une institution locale incontournable. Elle y joue le rôle de véritable poumon culturel, distillant l’enseignement du français considéré comme une langue rare. Et pourtant, le français reste parlé par une communauté résiduelle étrange : les franco-pondichériens.

[Lire la suite sur France Inter]

En Inde, des enfants travaillent encore dans les mines

Ce que nous consommons — souvent en excès — provient de partout, mondialisation oblige. Progrès technologiques aussi. Cette consommation se fait parfois au détriment des droits les plus élémentaires de certaines personnes. En Inde, des enfants travaillent dans des mines de mica pour satisfaire aux exigences de l’industrie cosmétique et électronique.enfants

… Lire la suite